L’espérance de vie d’un chat est au minimum quatre fois inférieure à celle d’un humain. Cela signifie que, tôt ou tard, les propriétaires de chats devront malheureusement faire face à la perte de leur compagnon. C’est une réalité cruelle, mais dont il faut néanmoins être conscient. Quand l’état de santé de votre félin se détériore, du fait d’une maladie ou d’un âge avancé, le maître est alors face à un choix délicat… Doit-il tenter par tous les moyens de prolonger la vie de son animal, ou au contraire, avoir recours à l’euthanasie de son chat afin de mettre fin à ses souffrances ? Avant de prendre une décision, il est recommandé de bien s’informer sur cette étape difficile de la fin de vie et d’en parler avec un vétérinaire.

Qu’est-ce que l’euthanasie, et que dit la loi ?

L’euthanasie est un acte médical qui consiste à donner la mort à un animal, en évitant au maximum de le faire souffrir. En France, l’euthanasie des animaux domestiques n’est pas encadrée par la loi. Elle ne peut toutefois être pratiquée que par un vétérinaire, et elle est régie par le Code déontologique de la profession. Il existe deux formes d’euthanasie : l’euthanasie passive et l’euthanasie active.

Euthanasie active

Dans le cas de l’euthanasie active, le vétérinaire provoque volontairement le décès de l’animal par injection d’un produit mortel. Ce type d’euthanasie concerne donc des chats dont les fonctions vitales ne sont pas encore immédiatement défaillantes, mais dont le mode de vie est très impacté. Elle est pratiquée pour abréger des souffrances trop importantes causées par une maladie, une blessure ou la vieillesse, lorsque l’état de santé de l’animal n’a pas de chances de s’améliorer.

Euthanasie passive

L’euthanasie passive consiste à arrêter les soins qui maintiennent un animal en vie, tout en veillant à diminuer le plus possible sa douleur et son inconfort. Elle concerne donc des animaux en toute fin de vie, dont aucune amélioration de l’état de santé n’est envisageable, et qui sont maintenus en vie artificiellement. Elle est comparable à la pratique des soins palliatifs chez l’humain.

Après l’interruption des traitements ou autres soins qui prolongeaient la vie de l’animal, des médicaments lui sont administrés afin de lui assurer une mort paisible et sans douleur. Le décès survient alors naturellement, à l’issue d’un délai plus ou moins long. Dans certains cas, notamment si l’animal continue à montrer des signes de détresse, le vétérinaire peut finalement être amené à pratiquer une euthanasie active.

Euthanasie de convenance

Contrairement à d’autres pays européens, la France autorise l’euthanasie de convenance. Cette pratique consiste à mettre fin à la vie du chat sans raison médicale valable. Elle est envisagée par des propriétaires qui ne peuvent (ou ne veulent) plus assumer la charge de leur animal de compagnie. Leur décision est due à des difficultés dans l’éducation du chat, à des problèmes d’ordre médical, à des contraintes d’organisation ou à des difficultés financières.

Elle repose trop souvent sur une méconnaissance des solutions alternatives qui pourraient leur permettre de conserver leur animal, ou de le confier à une personne ou à un organisme qui lui offriraient un nouveau foyer. Dans la majorité des cas, ces morts inutiles pourraient parfaitement être évitées ! Beaucoup de vétérinaires refusent d’ailleurs de procéder à ces euthanasies, qui entrent en contradiction totale avec leur devoir éthique.

Nous ne soutenons pas ce mode opératoire et nous ne pouvons que vous encourager à en parler avec un professionnel de la santé animale, afin de trouver une MEILLEURE solution.

Pourquoi faire euthanasier son chat ?

La décision de faire euthanasier son chat est toujours difficile à prendre. Dans la majorité des cas, elle vise à éviter que son compagnon en fin de vie ne souffre trop. Toutefois, certains propriétaires peuvent être amenés à prendre cette décision pour d’autres raisons.

Éviter des souffrances à son animal

C’est la raison la plus fréquente qui conduit à l’euthanasie féline. Le propriétaire prend alors la décision de l’euthanasie en concertation avec le vétérinaire, afin d’éviter au chat de souffrir en attendant une mort inévitable. Certaines maladies ou blessures peuvent, en effet, causer de vives souffrances à l’animal, qui ne peuvent pas toujours être correctement soulagées par un traitement médicamenteux. La perte de mobilité et d’autonomie est également un facteur de grande détresse chez le chat, et peut dans certains cas justifier l’euthanasie.

Animal dangereux pour l’humain

L’agressivité est l’une des raisons évoquées par les propriétaires de chats qui veulent faire euthanasier un animal en bonne santé. En effet, il arrive malheureusement qu’un chat montre un comportement agressif envers les humains. Face à une telle situation, il est important de demander conseil à un vétérinaire. Celui-ci pourra aider le propriétaire à déterminer la cause de l’agressivité, et tenter d’y remédier, ce qui est bien souvent possible. Un comportementaliste félin pourra également vous aider à comprendre les raisons de ce comportement et vous aider à trouver la meilleure solution.

Si le chat présente un danger trop important pour certains membres du foyer, en particulier les enfants, il est parfois possible de le confier à une tierce personne ou à un refuge. Dans de rares cas, il peut malheureusement arriver que le comportement agressif persiste malgré les mesures prises. Si aucune autre solution n’est envisageable, le vétérinaire peut alors se résoudre à recourir à l’euthanasie. Nous sommes toutefois convaincus que ce type d’euthanasie peut être évité, en offrant au chat un environnement propice à son bien-être.

Précisons également que les chats atteints de maladies graves transmissibles à l’homme sont systématiquement euthanasiés. C’est notamment le cas des animaux touchés par la rage. Cette maladie a heureusement été éradiquée en France, et les cas de contamination sont donc extrêmement rares.

Raisons de convenance

Certains propriétaires décident de faire euthanasier des chats dont l’état de santé ne le justifie pas. Ils prennent cette décision parce qu’ils considèrent ne pas, ou plus, être en mesure de s’occuper correctement de leur animal. Les raisons qui poussent des propriétaires à prendre cette décision peuvent être de plusieurs ordres :

  • Médical : l’un des membres de la famille est allergique aux poils de chat, un chat incontinent dégrade les conditions d’hygiène du foyer, etc. ;
  • Organisation : un chat handicapé qui demande une présence constante ou des soins trop lourds, un changement familial qui empêche de s’occuper correctement de l’animal, un déménagement, le fait d’hériter d’un chat dont le propriétaire est décédé, etc. ;
  • Économique : impossibilité de faire face aux dépenses vétérinaires, d’accueillir une portée de chatons non désirée, etc… Nous ne pouvons d’ailleurs qu’insister sur l’importance de la stérilisation du chat afin d’éviter de futures euthanasies !
  • Comportement de l’animal : un chat destructeur ou qui fait du marquage urinaire, etc.

Si vous êtes dans l’une de ces situations, sachez que, dans la majorité des cas, une autre solution est envisageable. Si votre décision de vous séparer de votre compagnon est irrévocable, la meilleure alternative est de le confier à l’adoption. Des associations et refuges pour animaux accueillent les chats dont les maîtres veulent se séparer.

Certains amoureux des félins sont également prêts à recueillir à leur domicile un chat en recherche d’un nouveau foyer, même si le comportement de l’animal est problématique, ou s’il nécessite des soins importants. Dans tous les cas, toutes les solutions alternatives doivent être examinées, et la décision de l’euthanasie ne doit être prise qu’en tout dernier recours. Le vétérinaire ne l’acceptera que s’il estime qu’aucune autre issue n’est possible.

À quel moment considérer l’euthanasie pour son chat ?

Il est parfois difficile de savoir quand le moment est venu de mettre fin à la vie d’un chat âgé ou malade. Dans le cas d’une blessure ou d’une maladie soudaine, la décision est souvent prise lors de la consultation chez le vétérinaire. Mais, il arrive également que l’état de santé de l’animal se dégrade progressivement, que ce soit du fait de la vieillesse ou de l’aggravation d’une maladie connue. Dans ce cas, les symptômes qui peuvent vous inciter à faire euthanasier votre chat sont les suivants :

  • Votre chat ne mange plus du tout, ou mange, mais vomit systématiquement. Cela entraîne une perte de poids importante et le prive d’énergie. Si cette perte de poids ne peut être corrigée, car l’animal est trop âgé ou malade, il peut être nécessaire d’envisager l’euthanasie, afin de mettre fin à ses souffrances.
  • Il souffre visiblement. Cette douleur peut l’empêcher de se déplacer normalement, de faire sa toilette, ou de s’étirer. Elle peut également perturber son sommeil s’il souffre même au repos. Il arrive que la souffrance se manifeste par une agressivité du chat lorsque vous tentez de le manipuler.
  • Votre chat a des difficultés à respirer, sa respiration est haletante ou bruyante.
  • Il n’est plus capable de se déplacer par lui-même, et doit être assisté pour se servir de sa litière, s’alimenter ou boire. Dans ce cas, la qualité de vie de l’animal est très dégradée, et des complications liées à la déshydratation risquent également d’aggraver ses souffrances.
  • Votre félin essaie de s’isoler, ou même de se cacher : il s’agit d’un comportement instinctif des prédateurs lorsqu’ils sentent qu’ils sont arrivés au terme de leur vie.
  • Il semble déprimé, il a visiblement perdu tout goût de la vie.

Dans tous les cas, faites tout d’abord confiance à votre instinct, car vous connaissez votre compagnon mieux que quiconque. Si vous sentez que le moment est venu de soulager ses souffrances, prenez alors rendez-vous avec votre vétérinaire pour faire le point. Seul un spécialiste de la santé féline pourra vous indiquer si d’autres solutions sont encore envisageables, ou dans le cas contraire, vous aider à prendre la meilleure décision.

Le rôle du vétérinaire et son éthique face à l’euthanasie du chat

Le vétérinaire joue un rôle central dans l’euthanasie des animaux de compagnie. Il est le seul habilité à pratiquer cet acte. Sa connaissance approfondie de la santé féline est indispensable pour aider les propriétaires à choisir le bon moment pour l’euthanasie. Toutefois, cette décision est souvent difficile à prendre, même pour un professionnel. Rappelons que le code de déontologie des vétérinaires ne les autorise en théorie à pratiquer l’euthanasie que dans les circonstances suivantes :

  • l’animal est atteint d’une pathologie incurable qui le fait souffrir ;
  • c’est animal âgé, arrivé en fin de vie ;
  • cet animal est porteur d’une maladie grave et transmissible à l’homme, ou à d’autres animaux ;
  • il représente un danger en raison d’un comportement agressif pathologique et incurable.

La réalité du terrain s’avère souvent bien plus compliquée. En effet, dans certains cas, le vétérinaire ne peut être absolument certain que l’état de santé du chat ne peut plus s’améliorer. La balance est difficile à faire entre ses chances de se rétablir et les souffrances qu’il risque de devoir endurer. Le vétérinaire doit alors aider le propriétaire à prendre une décision très compliquée, en lui expliquant la situation de la façon la plus objective possible.

Dans d’autres situations, la vie de l’animal pourrait être prolongée par des soins appropriés, mais son maître n’est pas en mesure de lui prodiguer ces soins, ou le prix est trop élevé pour qu’il puisse se le permettre. Dans toutes ces circonstances, le rôle du vétérinaire est d’informer et de conseiller. C’est toujours au propriétaire de l’animal que revient la décision finale.

Comment se passe le déroulement d’une euthanasie pour chat ?

Une fois que le propriétaire a décidé de faire euthanasier son chat, la procédure peut commencer. Elle va se dérouler en plusieurs étapes.

Rassurer son animal et se préparer

Afin que l’euthanasie se déroule dans de bonnes conditions, l’animal doit être le plus serein possible, et vous devez être préparé à affronter au mieux ce moment difficile. Lorsque l’état de souffrance de l’animal ne nécessite pas une intervention en urgence, il est possible de différer le rendez-vous de quelques jours. Cela vous permettra de partager les derniers moments de complicité, et de vous préparer mentalement afin de pouvoir accompagner votre compagnon au mieux. Il est particulièrement important que votre chat sente tout votre amour dans ses derniers moments de vie. N’oubliez pas que vous êtes au centre de son monde.

Anesthésie du chat

Le vétérinaire va tout d’abord administrer à votre chat un produit permettant de l’endormir. Il peut commencer par lui donner un tranquillisant afin de réduire son stress et son agitation . Il va ensuite procéder à l’anesthésie, au moyen d’une injection sous-cutanée ou intramusculaire. Vous pourrez profiter de ses derniers moments de conscience pour dire adieu à votre compagnon, qui va s’endormir rapidement, réconforté par vos caresses.

Déroulement des injections

Une fois l’animal endormi, le vétérinaire va procéder à l’injection létale. Votre chat est totalement inconscient au moment où le vétérinaire pratique cette injection. Vous pouvez décider d’y assister ou pas. En fonction de l’état de l’animal, différentes techniques peuvent être utilisées :

  • Première solution : injection de pentobarbital par voie intraveineuse ;
  • Deuxième solution : injection par voie intraveineuse de T61, un mélange d’anesthésiant et de dérivés de curare ;
  • Troisième solution : injection intrapéritonéale, qui se fait au niveau de l’abdomen ;
  • Quatrième solution : injection intracardiaque, qui se pratique directement dans le cœur.

Dans tous les cas, le chat ne souffre pas, et le décès est très rapide.

Que faire après la mort de son chat ?

Une fois votre compagnon décédé, plusieurs solutions s’offriront à vous. Il est judicieux d’en discuter avec le vétérinaire avant de procéder à l’euthanasie, dans un moment où l’émotion n’est pas encore trop forte.

Enterrer son chat dans son jardin

La loi française autorise les propriétaires d’animaux de compagnie à les enterrer dans leur jardin. Cette pratique est toutefois encadrée par le code rural, qui fixe les règles suivantes :

  • le terrain doit vous appartenir ;
  • l’animal doit être enterré à 35 mètres au minimum de toute habitation ;
  • il ne doit pas y avoir de source, cours d’eau ou nappe phréatique dans un rayon de 35 mètres;
  • la profondeur minimale de la tombe est de 1,20 m ;
  • le corps peut être déposé à même le sol, ou recouvert d’un tissu ou d’une boîte en matière biodégradable;
  • le corps doit être recouvert de chaux vive.

Opter pour un cimetière pour animaux

En France, l’inhumation des chats est interdite dans les cimetières destinés aux humains. Il existe toutefois des cimetières pour animaux qui vous donnent la possibilité d’offrir à votre chat une sépulture. Il est important de savoir que cette solution est souvent très onéreuse. Au prix de l’inhumation s’ajoute celui de la concession, qui peut atteindre une centaine d’euros par an.

Faire incinérer son chat

Les propriétaires qui souhaitent conserver une trace de leur petit compagnon optent généralement pour l’incinération individuelle. Les crématoriums offrent la possibilité d’organiser un hommage avant la crémation. À l’issue de celle-ci, les cendres de votre chat vous seront remises dans une urne funéraire. Le prix d’une crémation est de 150 euros en moyenne. Les urnes, quant à elles, ont des prix très variables en fonction de leur taille, leur matériau et leur qualité. Ce prix dépasse néanmoins rarement la centaine d’euros.

Catégories : Santé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *